kirigami de la semaine n°32 : faire comme tout le monde…

semaine32aLes kirigami de la semaine 32 ne sont pas difficiles à faire, hormis le nœud du jeudi 11 août 2016. Ces pliages de nœuds, ou de fleurs 3D, présentent toujours un moment délicat, lorsqu’il faut coller les éléments dont la courbure gênesemaine32b la fixation. Les explications des Almaniaks sont parfois également un peu obscures… A part cela je trouve le cochon en pop-up du mercredi 10 août très marrant. Si vous prenez cette série de kirigami au vol, semaine32cvous pouvez avoir plus d’informations sur l’éditeur des modèles et la démarche des Almaniaks en lisant mes articles précédents et particulièrement en cliquant ici.


Lorsque je m’exprime sur ce blog pour dénoncer ce qui me dérange, j’ai toujours le sentiment d’être  un abominable râleur, un « mauvais coucheur ». Et il y a un peu de vrai là-dedans car beaucoup de choses me déplaisent dans notre société ! Ce qui me rassure c’est que je reçois de nombreux soutiens. Malheureusement nous n’osons plus dire notre désapprobation, il faut être « positif ». Il faut « faire comme tout le monde » et accepter ce qui nous est insupportable. Par exemple, parce que beaucoup s’éclatent dans les fiestas, nous n’avons pas le droit de protester contre les nuisances qu’elles engendrent et dire que nous sommes contre ces pratiques. Il faut se taire au nom de la tolérance et de la soi-disant liberté. Notre liberté de vouloir la tranquillité n’existe pas. Il y a toujours quelqu’un pour rétorquer : « vous n’avez jamais été jeune ? Vous n’avez jamais fait la fête ? ». Et bien non, quand j’étais jeune je ne faisais pas la fête. Du moins pas ce genre de fête alcoolisée avec son cortège de comportements déplorables. D’une part je n’en avais pas les moyens, et d’autre part je n’en avais pas le désir. Je m’amusais avec des choses simples.

En revendiquant le droit de ne pas « faire comme tout le monde « , je ne prône pas la marginalité. Il n’y a pas pire conformistes que les « marginaux »! C’est un style de vie très « tendance ». Il séduit les « fils à papa » qui s’ennuient et cherchent à s’encanailler ! C’est un cliché de croire qu’ils sont les victimes de la misère ! Les vrais pauvres sont dignes et ne s’affichent pas. Ils ont leur fierté. Ils sont invisibles et disparaissent des radars des « bonnes consciences ».

C’est au sein de la société qu’il faut agir en ne cédant pas aux grandes gueules envahissantes qui imposent LEUR mode de vie au nom de LEUR liberté. Il n’y a aucune raison pour que les gens calmes subissent les agissements d’une partie décadente de la population. Je pourrais tenir le même discours pour la plupart des idéologies qui circulent dans notre société. Qu’elles soient politiques, économiques,  philosophiques, religieuses n’y changent rien. Nous ne devons pas nous taire devant une partie bruyante de la population parce qu’elle donne l’apparence d’être majoritaire face à une population qui devrait subir silencieusement…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s