Archives de Tag: Politique

sur le lutrin : « Macron et les retraités : la guerre est déclarée ! » de Thierry Benne

Bonjour à toutes et à tous ! Petit préambule avant d’entrer dans le vif du sujet de ce post : je ne fais pas de prosélytisme politique ! ni ici, ni ailleurs :). Ceci ne m’interdit pas d’avoir une réflexion sur ce qui se passe dans notre société. Il n’est pas nécessaire d’adhérer à un parti politique ou de se réclamer d’une idéologie pour avoir un regard critique sur nos dirigeants. Il faut juste un peu de bon sens…

Je vous rapporte aujourd’hui un article de Thierry Benne publié le 3 septembre 2018 sur le site de l’IREF : Vous pouvez en lire l’intégralité en cliquant ici. En suivant ce lien vous trouverez également les commentaires des lecteurs. Certains sont intéressants. L’IREF, Institut de Recherche Économique et Fiscale, œuvre pour une économie libérale et pour la réduction du poids de l’État et des prélèvements obligatoires. Il milite pour le libre-échange et la mondialisation. Je suis loin d’approuver cette position qui défend un ultra-capitalisme dont nous voyons bien tous les méfaits écologiques et sociaux. Ces jours-ci Valéry Giscard D’Estaing lui-même dénonçait les excès de ce système économique : « Actuellement, l’argent va avec le pouvoir. Le pouvoir est avec l’argent. À l’heure actuelle, l’enrichissement des plus riches est plus rapide qu’il ne l’a jamais été. », il s’étonnait également que : »personne ne proteste. C’est très étrange. Et cela dans le monde entier. La société évoluant dans une société où l’argent a le pouvoir, les éléments de culture s’infléchissent en direction de la demande de cette société. » (pour voir la source de l’information cliquez ici). Il ne faut cependant par être obtus. Les analyses de l’IREF sont très bien documentées. Ses membres sont évidemment des économistes de haut niveau qui posent les vrais questions… même si les solutions proposées sont souvent discutables !

Je vous fait grâce de la première partie de l’article : une démonstration au demeurant fort intéressante, mais purement économique avec chiffres et calculs savants ! Je ne vous offre ici que la deuxième partie dont je partage l’essentiel du propos.

Bozich

[… sur les huit dernières années et sur moins de deux mandats présidentiels (car le dernier n’est pas fini !) aucune autre catégorie socio-professionnelle n’a été autant « punie », pressurée et ponctionnée que les retraités, qui ont été et continuent à être également mis à contribution sur leurs retraites complémentaires. Comme si leur absence de représentation ou leur représentation dérisoire dans les instances de retraites (COR en tête, Caisses deF05 retraite aussi, mais pas seulement) et l’impossibilité de se syndiquer (les retraités n’exercent plus aucune profession) justifiaient par avance tous les abus et toutes les vexations. En outre comment ne pas se demander si, à l’instar de l’Inspection des Finances dont il est issu et de France-Stratégie dont l’ancien dirigeant compte parmi les plus proches de ses conseils, le Président ne développe pas une sorte d’hostilité compulsive à l’égard des retraités auxquels il reproche implicitement -ce qui est quand même un comble– de ne plus travailler ?

II – UNE SOLIDARITÉ INTERGÉNÉRATIONNELLE QUI VOLE EN ÉCLATS

Nous ne craignons pas d’écrire que, venant après trop d’autres, ces nouvelles charges de l’Exécutif contre le pouvoir d’achat des retraités constituent une véritable déclaration de guerre et que, si elle est effectivement mise en œuvre, elle aura sans nul doute de très funestes et de très durables conséquences non seulement pour notre démocratie sociale, mais pour la Nation toute entière. BL134

La première sanction inévitable sera la paupérisation accélérée de nombre de retraités et la chute immédiate et brutale de leur consommation et de leurs libéralités aux générations suivantes pour renforcer -chaque fois que possible- une épargne de précaution destinée à faire face aux prochains coups fourrés d’un pouvoir qui, jusqu’à présent, a préféré avancer masqué. Mais cette restriction ne fera qu’entamer une longue série de suites néfastes provoquée par une onde de choc dont ses auteurs n’ont sans doute pas perçu tous les risques et tous les inconvénients, notamment en préparant l’expansion, voire même l’explosion, d’un populisme qui se nourrit avidement de tous les mécontentements et encore plus lorsqu’ils sont justifiés. Il est vrai que rarement

> tant de cynisme par le mépris affiché et presque revendiqué envers des seniors, auxquels, nonobstant leurs efforts passés, on reproche implicitement leur grand âge, en même temps que l’inactivité qui en résulte ;

> et tant de lâcheté opérationnelle par incapacité de conduire au fond les véritables changement profonds dont le pays a besoin, en se contentant de pallier par la communication Des réformes qu’on se contente simplement d’effleurer ;

n’auront été conjointement à l’œuvre dans le domaine social. Certes, comme à son habitude et en campant obstinément dans son attitude de déni, le Défenseur des droits ne voudra pas entendre parler de discrimination, mais ce n’est pas parce que les gens sont âgés et qu’ils ne peuvent plus se défendre que n’existe pas la discrimination fiscale et sociale, toute aussi infamante que les autres et patente ici à raison de l’âge et de l’inactivité.
En effet, pour le pouvoir, les pensions des retraités cristallisent la condamnation intrinsèque de la rente, sans se soucier le moins du monde des cotisations avancées antérieurement, puisque notre si génial système de répartition les efface au fur et à mesure qu’elles sont perçues, transformant du jour au lendemain les cotisants d’aujourd’hui en assistés de demain. Le pouvoir ne réalise visiblement pas que, s’il considère comme un chiffon de papier la garantie de pouvoir d’achat des retraités, c’en est fini de la solidarité entre les générations tant vantée par tous les politiques comme le ciment de la Nation. L’étape suivante est bien entendu qu’en ayant du même coup définitivement ruiné la confiance des actifs dans leurs prochaines retraites, le Gouvernement se prive durablement du moteur de la consommation, qui est l’une des composantes essentielles des équilibres nationaux. C’est en réalité le début d’un farouche « struggle for life » (chacun pour soi) dévastateur, dont on n’a pas fini de payer le prix. Le Gouvernement oublie manifestement que les seniors ne sont généralement pas égoïstes et qu’à chaque fois qu’ils le peuvent et par-delà toute obligation légale, ils redistribuent en faveur de leurs descendants des héritages, des donations, de simples dons manuels, des secours ou encore de multiples aides en nature qui totalisent une part fort appréciable de leurs revenus et patrimoines. Selon le rapport du COR publié en novembre 2015 sur « Les structures familiales » (cf. notamment page 2 du « dossier en bref »), « les héritages, donations et aides financières informelles représentent plus de 10 % du PIB en 2006 et leur importance s’accroît ». Pourtant, s’il compte continuer à sacrifier sans état d’âme les ressources des retraités à l’amélioration du pouvoir d’achat des actifs, le pouvoir pF04eut s’attendre à ce que cette manne importante disparaisse ou s’étiole et qu’elle soit remplacée par des tensions et de violents conflits de générations, dont la Nation n’aura pas fini de porter les stigmates. Et il se pourrait bien qu’un jour, saturés d’un triple matraquage fiscal, social et écologique, parvenus au paroxysme d’un ras-le-bol qui gronde déjà, ceux qui payent tout pour tous s’avisent de s’élever violemment contre l’ingratitude dont on les gratifie en retour de leurs contributions devenues exorbitantes. Il ne faudra pas alors s’étonner des débordements d’une population que l’on aura cyniquement provoquée, en la poussant à bout vers des zones agitées d’où la solidarité aura été définitivement bannie.

III – CONCLUSION : QUE RESTERA-T-IL DES RETRAITES FUTURES ?

Un dernier rappel : aux yeux de l’Histoire, la valeur d’une civilisation s’est toujours mesurée à l’attention qu’elle porte aux plus faibles de ses membres : les enfants et les vieillards. Avec le sort qu’elle réserve présentement aux prestations familiales et aux retraites, on voit clairement sur quels sommets vole la nouvelle « Macronie », après cinq ans de « Hollandie » de sinistre mémoire. Malheureusement, sans doute pris dans le tourbillon des exigences immédiates de leurs occupations professionnelles et des sujétions de leurs vies de familles, les actifs d’aujourd’hui n’ont pas encore compris qu’ils seront bientôt et pendant longtemps les retraités de demain. Car s’ils prennent enfin le temps de réfléchir posément, ils peuvent redouter légitimement qu’au vu de leur exemple, leurs propres enfants n’éprouvent aucune gêne à développer demain à leur égard la même ingratitude que celle qu’ils s’apprêtent à manifester aujourd’hui à leurs aînés.]

Thierry Benne

Publicités

sur lutrin : Aristophane

On ne peut apprendre au crabe à marcher droit.

Aristophane

Je taxe, tu taxes, il taxe… nous sommes taxés !

bonjour tout le monde !

Toujours soucieux de notre bien-être je vous propose aujourd’hui une méthode naturelle pour trouver le sommeil !saving-money-2772141_640

Je savais que la France est un des pays où les citoyens sont le plus taxés. Dans ce domaine nous sommes parmi les meilleurs au monde ! Un internaute (anonyme) a donné de la visibilité à ce record en dressant la liste des impôts et taxes qui accablent ce pays. Cette liste n’est pas exhaustive puisque l’on continue d’inventer de nouvelles contributionscash-machines-2048569_640. Au bout de huit mois le gouvernement d’Édouard Philippe avait déjà créé huit taxes, soit une nouvelle taxe par mois ! Comme il vaut mieux en rire qu’en pleurer je vous propose, si vous n’arrivez pas à dormir en comptant des moutons, de compter les taxes qui tondent les moutons ! Je vous conseille de vous en tenir au comptage car si vous vous intéressez au contenu vous risquez la crise de nerf 😲

Voici la liste : Lire la suite

sur le lutrin : Lao Zi

La puissance, c’est imposer sa volonté aux autres. La force, c’est se l’imposer à soi-même.

Lao Zi

Sécurité routière, écologie : des prétextes

Les promesses électoralistes sont faites pour être vite oubliées. Ce sont des utopies lancées lors de campagnes électorales pour séduire la part crédule de l’électorat ! Après l’élection on les cache dans un coin sombre en espérant l’amnésie collective. Il arrive pourtant qu’un élu inexpérimenté s’obstine à les garder en pleine lumière. Cette incongruité rarissime mène inévitablement au désastre ! Lire la suite

kirigami de la semaine n°32 : faire comme tout le monde…

semaine32aLes kirigami de la semaine 32 ne sont pas difficiles à faire, hormis le nœud du jeudi 11 août 2016. Ces pliages de nœuds, ou de fleurs 3D, présentent toujours un moment délicat, lorsqu’il faut coller les éléments dont la courbure gênesemaine32b la fixation. Les explications des Almaniaks sont parfois également un peu obscures… Lire la suite

kirigami de la semaine n°28 : attentat à Nice

semaine28

bonjour à toutes et à tous,

comme vous le savez certainement les fêtes du 14 juillet 2016 ont été endeuillées par un massacre atroce à Nice. Perpétré au nom de l’Islam, ce crime  est en réalité celui d’un déséquilibré manipulé par des psychopathes. Face à cet évènement, l’attitude des leaders politiques a été une fois de plus, hélas, au niveau de leur médiocrité morale. Pris dans la course à la présidentielle ils n’ont plus aucune limite pour gagner. Chacun lance sa petite phrase assassine, ses critiques à l’égard des adversaires qu’ils jettent en pâture aux médias.  Le plus insupportable ce sont Lire la suite