mandala avec entrelacs

mandala_06

Bonjour tout le monde ! En occident le style de mon dessin entre dans la catégorie « mandala ». Pourtant j’ai toujours un peu de difficulté à considérer que ce que je fais en est un ! En effet à l’origine le mandala est une figure de la tradition bouddhique. C’est une œuvre d’art sacré. J’ai déjà évoqué ce point dans un précédent article (à lire en cliquant ici). Il parait qu’en sanskrit le mot signifie « cercle », et par extension « sphère » et « communauté ». Il y aurait également une notion de rayonnement à partir d’un centre. En ce sens j’accepte donc d’appeler mon travail « mandala » bien qu’il soit très éloigné de ce que l’on peut voir au Tibet par exemple.

Lorsque je commence un mandala je n’ai pas d’idée préétablie sur ce que je vais faire. Je laisse l’inspiration du moment me guider. Il y a un peu de magie là dedans ! Ici j’avais seulement l’intention de placer un entrelacs. Ces diagrammes forcent le symbolisme, presque malgré moi, comme si à un moment mon travail finissait par m’échapper et à se développer sans moi ! En tout cas il dégage des ondes très positives qui appellent à la méditation et au lâcher prise.  Cela fait du bien dans ce monde de fous 💖

Vous pouvez voir un autre de mes mandalas en cliquant ici 🙂

 

 

 

projet 2

projet2

bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui une nouvelle déclinaison de mon premier projet, d’apparence abstraite c’est pourtant une décomposition figurative inspirée d’une vue aérienne de marais salants. Vue entrevue au travers d’un vitrail brisé. Comme précédemment c’est de la peinture acrylique sur du papier Canson noir.

sur le lutrin : Jules Michelet

« J’ai eu cents chats  – ou plus exactement : cent chats m’ont eu ».

Jules Michelet

Mandala : Harmonie

mandala_05

Bonjour tout le monde ! Enfin je devrais plutôt dire « bonsoir » car nous sommes dimanche soir ! Puisqu’une nouvelle semaine est sur le point de débuter, autant la commencer harmonieusement… avec un mandala ! Je l’ai dessiné et colorié en suivant un tuto paru dans un magazine de 2015 Peindre les mandalas. A ma connaissance il n’y a eu qu’un seul numéro d’édité. Et bien entendu le modèle que j’ai choisi se dénomme Harmonie.

projet de toile

projet

bonjour à vous,

J’ai toujours plein de choses qui trottent dans ma tête. Une multitude de pistes créatives et artistiques que je voudrait mettre en œuvre. Mais beaucoup d’idées restent sans suite faute de temps. C’est frustrant ! Voici un projet récent de peinture sur toile qui pour l’instant n’en est qu’à l’état d’étude sur papier Canson noir. J’explore d’autres développements pour mon projet. D’autres tentatives sur papier Canson que je vous montrerais peut-être un autre jour…  rien n’est finalisé…

carterie : Liberté jour et nuit

liberté

Liberté voici un mot très souvent entendu. Mais attention ! bien souvent plus on parle d’une chose, moins elle est vraie… 

J’ai découpé en carrés de 2,55 cm X 2,55 cm ( inchies) deux impressions d’une de mes linogravures : un tirage en bleu outremer et un tirage en noir. J’ai reconstruit l’image en mêlant les pièces. La carte a deux volets de 13 cm X 13,5 cm avec un feuillet central pour l’écriture. La couleur du feuillet est coordonnée à la couleur dominante de la carte : le bleu.liberté_02

Sur le lutrin : Pierre Dubois

« Les arbres, les grands Chênes le long de l’allée ont tout vu, tout entendu, tout retenu, conservé des secrets, des mystères, des fantasmagories qu’ils dissimulent en étendant, par-dessus la voûte immense de leurs grands bras noueux, l’épais feuillage de leur vieil âge… Ensemble ils se racontent, se murmurent les histoires passées, soupirent, chuchotent, frissonnent… À moins que, du profond des siècles, ils n’aient tout inventé. Arbres compagnons de rencontre, de retrouvailles, de confidences, de jeux, de repos, de refuge, de contemplations… On s’assied, le dos calé dans son creux, cet enveloppement apaisant, entre deux mondes. Pilier, gardien, passerelle, il fait l’intermédiaire avec ses racines étendues dans les airs et son feuillage ramifiant des confins souterrains… ou l’inverse. » page 105

Pierre Dubois, Mes Chemins en Bretagne, Éditions Ouest-France 2018

Pierre Dubois, 74 ans, (à ne pas confondre avec son homonyme qui est au centre d’une affaire criminelle !) est un infatigable poète comme on en fait plus.  A la fois scénariste Lire la suite